AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Mer 3 Déc - 23:21

[list]
    « ysaiah eros fitzgerald »

    « invoquer la postérité c'est faire un discours aux asticots »

    vos papiers; svp

    prénom(s): Ysaiah Eros
    nom: Fitzgerald
    surnom(s): aucun
    âge: 24 ans
    né(e) le 11 JANVIER 1984 à LONDRES (ANGLETERRE) ;
    situation: célibataire
    emplois: chanteur; guitariste; travail au café.

    à propos de vous précisément

    fils de Roksanna Fitzgerald; cassière &femme de joie; décédée.

    Ma mère était belle autrefois; ce qui ne doit plus être le cas maintenant qu'elle se fait bouffer par les asticots.
    Je suis né le onze janvier mille-neuf-cent quatre-vingt quatre, à Londres. Ma mère a accouché seule, dans un vieil hôpital miteux du sud de Londres. J'aurais dû vivre autrement, j'aurais dû être adopté mais elle s'est ravisée à la dernière minute. Elle ne connaissait pas mon père; ou devrais-je dire, mon géniteur; c'était un de ces nombreux hommes qui passaient dans son lit et lui permettaient ainsi d'arrondir ses fins de mois. Elle ne l'a pas contacté, ni même informé et je pense que cela n'aurait rien changé. Ma mère travaillait en tant que caissière dans la superette au coin de notre rue. Ce n'était pas glorieux et ça ne nous rapportait pas gros. Alors elle arrondissait son salaire comme elle le pouvait; en vendant son corps à des inconnus. Je ne crois pas l'avoir un jour jugée, ses activités nocturnes ne me concernaient pas et me permettaient de manger à ma faim; aurais-je du me plaindre ? Nous ne croûlions pas sous l'or, je n'ai pas connu les écoles privées. J'allais à l'école du coin, affublé d'un uniforme trop court aux jambes et trop larges aux bras, les pieds enfoncés dans de vieilles godasses usées par le temps et sur lesquelles le cirage n'agissait plus depuis longtemps. A vrai dire, je m'en contentais. Bien sûr, il m'arrivait de rêver avoir une vie totalement différente, fréquenter les beaux quartiers, me rendre en limousine à l'école mais je savais que tout ça n'étaient que vaines illusions. Je me mettais à la guitare par hasard; cela me permettait de couvrir les bruits dans la chambre d'à côté. J'apprenais rapidement et seul. Je ne me rappelle pas avoir eu de réels amis durant ma période scolaire; ni même après d'ailleurs. Je ne m'approchais pas des autres; et eux non plus. J'étais le fils de la prostituée du quartier, je n'étais pas quelqu'un de fréquentable. Il faut bien avouer que mon éducation n'était pas la meilleure qui soit. L'alcool et le sexe était ce que je connaissais de mieux à travers ma mère. Malgré tout, je l'aimais et la respectais comme personne. J'étais conscient qu'elle ne faisait pas ça par plaisir mais pour moi, et pour mon bonheur. L'alcool ne lui servait qu'à oublier ce qu'elle était. Et elle m'aimait, de tout son être. J'étais son ange, son petit garçon au sourire triste. Elle m'aimait comme j'étais, silencieux et mal dans ma peau. J'étais, à ses yeux, l'être le plus parfait qu'il puisse exister sur terre. « Maman je t'aime, grand comme l'univers » . « Moi aussi mon ange, moi aussi je t'aime ». Et elle m'embrassait sur le front, passant ses longs doigts dans mes cheveux emmêlés. Son parfum embaumait le couloir, s'accrochait sur mes vêtements et elle se barricadait dans sa chambre, pensant rendre ses actes invisibles aux yeux de son tendre enfant. Je me mettais alors à jouer, aussi fort que je le pouvais, mes doigts s'érraflants sur ces cordes si dures et rêches. De chaudes larmes coulaient le long de mes joues d'enfant.

    Ma mère n'était pas une femme forte. C'était une femme cassée, brisée, fracassée. Elle était seule; je me rendais bien compte que la présence de son fils ne lui suffisait plus. Elle avait besoin de plus, quelqu'un qui lui donnerait de l'amour et pas seulement pour une nuit. Je m'en souviens; comment pourrais-je l'oublier; c'était un de ces dimanches matin, alors qu'un de ces nombreux amants venait de partir. Un amant pas comme les autres; celui dont elle était tombée irrésistiblement amoureuse mais il n'avait vu en elle qu'un corps charnel, prêt à lui donner des heures de plaisirs sexuels. C'était l'amour de trop, celui qui s'était enfui une fois de plus, après lui avoir fait croire qu'il pourrait lui donner plus que quelques heures de son temps. Le mensonge de trop. Le délicieux parfum de pancakes emplissait la maison. C'était notre rituel. Et même maintenant que j'avais seize ans, je continuais à apprécier cette demie-heure de bonheur que je pouvais partager avec ma mère. Je poussais la porte et pénétrais dans la cuisine et mes pieds glissèrent sur un épais liquide rougeâtre. Elle était là, allongée sur le sol, le dos appuyé contre un placard, ses longs cheveux blonds collant à son visage humide de larmes. Son si beau visage était déformé par les sanglots et les larmes ruisselaient le long de ses joues rôsies par la tristesse. Ses poignets saignaient abondamment et elle me fixait de son regard bleuté, presque translucide. Je tombais à genoux, tremblant. « Mon ange, mon amour, ne tente rien. Tu es si beau, si pur, si parfait. Je t'aime mon ange, je t'aime de tout mon coeur. Alors je t'en supplie, laisse-moi partir, je serais mieux là-haut. Je veillerais sur toi mieux que je ne le fais maintenant. Laisse-moi m'en aller mon ange, je t'aime tant mon amour. ». Je lâchais le téléphone que je venais de saisir et m'approchais d'elle, posant ma tête contre sa poitrine. J'oubliais bientôt l'odeur acide de l'hémoglobine, respirant à pleins poumons l'odeur de sa beau. Elle posait son menton sur le haut de mon crâne. Mes larmes allait s'écraser sur sa peau blanchâtre alors qu'elle me chantait une berceuse dans le creux de l'oreille. « Je t'aime maman, grand comme l'univers. Mais ne t'en vas pas, jme suis pas préparé du tout à te regarder plonger à pieds joints dans ce trou au dessus duquel un curé te survivra en prônant des absurdités. Je hais déjà celui qui aurait maquillé d'un teint trop mat ton doux visage inanimé. Je t'aime tant, maman ». Et elle poussait son dernier soupir. J'attendais un moment, là, allongé dans le sang de celle que j'aimais le plus au monde. Elle était partie, à tout jamais et je ne connaissais même pas ses fleurs préférées pour les lui jeter par dessus coeur.

    J'enterrais ma mère; peu de gens étaient présents mais c'était sans doute mieux. Je quittais notre maison, sans oublier de mettre dans ma valise son parfum, et allais m'installer chez ma tante, la seule famille encore vivante. C'était une ex-mannequin, devenue trop vieille pour le métier, aigrie et alcoolique. Le bonheur en somme. Elle et ma mère ne s'appréciaient pas trop, tout ce qui les rapprochait c'était leur lien sanguin. Je détestais cette vieille baraque, je détestais le quartier et les gens qui y vivaient. Je détestais mon lycée et mes camarades de classe. Je n'étais pas le bienvenue, la nouvelle de la mort de ma mère avait fait le tour de Londres, on ne parlait que de ça, d'Isaac Eros Fitzgerald, l'enfant de la femme de joie qui s'était ouvert les veines sous les yeux de son propre fils. L'indigne, la salope. Je ne supportais plus; je me vengeais sur leurs enfants. Sur leurs filles tout d'abord. J'avais hérité de la beauté de ma mère, mon visage semblait avoir été gravé dans le marbre. Elles m'aimaient; elle m'admiraient, des fanatiques, elles ne résistaient pas à mon côté guitariste mystérieux. Je n'avais qu'à piocher pour choisir laquelle serait ma prochaine victime, j'en aurais brisé des coeurs. Puis leurs fils goûtaient à mes poings. Je n'étais pas toujours vainqueurs, mais je cassais pas mal de nez et c'était l'essentiel. Je me mettais également à boire, ma tante n'était pas vraiment stricte sur ce genre de choses et je buvais en sa compagnie. Nous ne nous parlions pas; elle me laissait vivre ma vie, je ne l'empêchais pas de vivre la sienne. Elle n'était pas spécialement heureuse de me recevoir dans sa maison, mais du moment que je n'étais pas sans arrêt dans ses pieds elle pouvait supporter ce changement radical de vie. J'avais vingt et un ans; un diplôme en poche mais aucune envie de travailler et de devenir esclave de mon réveil. Je quittais la maison de ma tante, sans un aurevoir, la guitare sur les épaules et enchainais plusieurs petits boulots, ce qui me permettait de mettre de côté un bon petits pactole. Puis je me trouvais un petit loft au coeur de Cleveland, en amérique, là où tout se passait. Je commençais alors à jouer en pleine rue, guitare à la main. On me regardais, des coups d'oeil furtifs, pressés. Certains s'arrêtaient, me donnaient quelques pièces; mais rien de bien fabuleux. Puis j'allais voir quelques cafés, des bars et on m'engageait parfois pour une soirée, ou plusieurs. Rien de fixe, mais c'était ce que j'aimais. Je voulais vivre de ça, sans savoir ce qui m'attendait le lendemain. Je me savais épié de là-haut par ma mère; et j'espèrais qu'elle était fière de son ange.


    avez vous une passion ? la guitare
    depuis quand la pratiquez vous ? jeune; très jeune.
    en avez vous fait votre métier ? on peut dire ça.
    quel est maintenant, au jour d'aujourd'hui votre plus grand souhait ? vivre demain; &encore demain.
    que regardez vous en premier chez le sexe opposé ? les mains.
    vous croyez au coup de foudre ? bien sûr que non.
    qu'aimez vous dans la vie ? l'alcool; le sexe &la musique.
    suivez vous un régime particulier ? non.
    comment vous décririez vous en trois mots ?
    infidèle - indépendant - franc
    un objet fétiche ou que vous portez toujours sur vous ? non.
    votre caractère:
    Les mères diront à leurs douces et innocentes filles que je ne suis pas fréquentable; les pères diront à leurs rejetons mâles assoiffés de virilité que j'exerce une mauvaise influence sur leur comportement. Et ils auront raison. En effet, je n'ai pas la prétention d'affirmer que je suis quelqu'un de bien; loin de là. Certains vous diront que je suis un artiste; un de ces artistes incompris qui se poussent d'eux-mêmes hors du monde; un de ces marginaux qui refusent d'entrer dans le système. Effectivement, j'aime l'idée de ne pas avoir une femme, deux gosses, un chien et une villa dans un quartier résidentiel dans le seul but d'être bien vu. L'idée de voir cette dite femme à quatre pattes dans le jardin, essayant de tailler la pelouse aux ciseaux pour ongles, me dérange. A quatre pattes pourquoi pas, mais sans l'alliance ni le jardin. Rares sont les personnes qui m'apprécient; et inexistantes sont les personnes que j'apprécie. Je ne m'attache pas; je ne suis pas fait pour ça. Je n'ai pas été créé pour une seule et unique femme; elles ont été créées pour moi et par quel moyen pourrais-je refuser un cadeau comme celui-là ? L'homme est par définition un être de désir; il est né pour les assouvir et je m'applique à cette tâche chaque jour de ma vie. Je recherche le plaisir sous toutes ses formes et par n'importe quel moyen, ainsi je pourrais être considéré comme un hédoniste; ou un pêcheur, tout dépend du point de vue. Mon pêché le plus récurrent serait sans aucun doute la luxure. Je me complais dans ce monde où trônent sexe et alcool. Certaines seront outrées par cette attitude visiblement misogyne. Mais comment pourrais-je l'être ? J'aime bien trop les femmes; mais toutes ensemble; jamais une en particulier. J'ai besoin d'espace, de respirer mon air; celui que je ne partage avec personne. Et surtout, je ne veux pas m'accrocher, je ne veux pas aimer. Le seul moyen que j'ai trouvé pour y parvenir c'est de considérer les femmes; &les autres d'ailleurs; comme de simples objets capables de me procurer du plaisir, quel qu'il soit. L'indépendance. C'est le maitre mot de mon caractère. Sans attache aucune, libre comme l'air, un jour à Boston et l'autre à Londres. Je voyage, je n'ai de cesse de voyager. Malgré les apparences, je ne suis pas du genre matérialiste; j'ai ce côté un peu hippie sur les bords. Le BCBG ne m'attire pas outre mesure. En réalité j'ai une réelle répugnance pour cette superficialité qui est le maitre mot dans le milieu de la mode. Oui; je ne mâche pas mes mots. Je suis quelqu'un de franc, je n'hésite jamais à clâmer haut et fort ce qui me déplait; même si cela va à l'encontre de l'avis de chacun. Et franc ne signifie pas honnête; il est vrai que je suis un menteur de première. Ce trait de caractère m'avait d'ailleurs tout d'abord poussé vers la comédie; mais seuls les mots donnaient quelque chose, un aveugle aurait apprécié le spectacle; mon corps ne se mouvait pas au rythme de ma voix, je ne 'respirais pas le personnage' comme me l'avait si gentillement dit la professeure d'arts dramatique avant d'aimablement rayer mon nom de la liste des élèves. Ce premier 'traumatisme' est sans doute ce qui me poussa à aller de l'avant. Bien entendu, je m'orientais vers la musique; les remarques de la professeure étaient fondées; mais chaque coup dur, et il y en eu pleins, me poussa vers l'avant. Depuis, je ne renonce plus devant le premier obstacle, je le gravis et continue ma route. Je ferais tout pour réussir. La clope au bord des lèvres, le verre entre mes longs doigts acérés. J'attire le regard par cette attitude nonchalante et mystérieuse. Les gens aime ceux qui ne se font pas remarquer, ceux qui restent dans l'ombre et observent. Et je suis de ce genre là. Je met toujours un moment avant de rentrer en scène; je suis très méthodique. Je ne fais mon apparition que pour une bonne raison. Ils ont l'impression de me guetter mais ils ne se doutent pas une seconde que c'est moi qui traque, je suis le chasseur à l'affût d'une nouvelle proie. Je supporte les refus; ou plutôt; un 'non' ne me fera aucunement reculer et, au contraire, me rendra bien plus pressant quant à ce que je souhaite obtenir. J'aime parvenir à mes fins et cela dans tous les domaines; et surtout; par n'importe quel moyen. La 'faim' justifie les moyens mais il est rare que je perde mon sang-froid légendaire. Cela ne s'applique évidemment pas lorsque je suis agressé par quiconque; et puis juste pour rire parfois. Oui; j'aime bien me battre. Le sang qui vient battre avec douceur vos tempes; l'adrénaline qui amoindrit la violence et la douleur que provoquent les coups. Une fos que vous vous rendez compte que vous n'êtes pas en sucre; vous en redemandez encore plus. Et c'est pareil pour moi.


Dernière édition par Ysaiah Eros Fitzgerald le Jeu 4 Déc - 0:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pàdraig Bridgestone

avatar

Nombre de Posts : : 45
Statut : : kaethlykennedy (l)
free things : current projects;


skyway avenue 1,2,3&4
film (comédie musical)
rôle: william st george
statut: en production pour le quatre , en salle pour le trois , en dvd pour les autres


check yes julet
film comique
rôle: Skye Thomas
statut : en tournage ( sortie le deux mars 09 )



i love that thing you do 1,2
film horreur
rôle: Jasper Reid
statut : en dvd pour le un , en production pour le deux


Humeur : :
76 / 10076 / 100

I feel so : : wanker
Date d'inscription : 30/11/2008

a people riot
do you have friends ?:
what are you ?: acteur film
Notoriété:
90/100  (90/100)
MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Mer 3 Déc - 23:25

    ed westwick est déjà pris désolé =(
    bienvenue sur le forum =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://peopleriot.forumactif.org
Gretel Woodsen

avatar

Nombre de Posts : : 55
How old r u ? : : 26
Statut : : célibataire
Quotation : : mieux vaux être seule que mal accompagnée
Humeur : :
88 / 10088 / 100

Date d'inscription : 03/12/2008

a people riot
do you have friends ?:
what are you ?: acteur film
Notoriété:
89/100  (89/100)
MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Mer 3 Déc - 23:27

Ouais ed (l)
XD
mais sinon je propose :
cmm,james lafferty,milo ventimiglia <333,jensen ackles coeur
chace crawford heart jume ou même robert pattinson (je sais pas si il est deja pris)
or matt dallas (a)

breeef en tout cas biienvenue =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Mer 3 Déc - 23:35

merci (:
jvais prendre Jude Law jcrois; s'il n'est pas pris o:

(y'a pas les réponses rapides sur ce fo' ? )
Revenir en haut Aller en bas
Kaethly L. Kennedy

avatar

Nombre de Posts : : 102
How old r u ? : : 29
Statut : : pàdraig
Quotation : : smile at life and is of benefit
Humeur : :
86 / 10086 / 100

I feel so : : cheerful
Date d'inscription : 02/12/2008

a people riot
do you have friends ?:
what are you ?: acteur film
Notoriété:
75/100  (75/100)
MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Mer 3 Déc - 23:43

    BIENVENUUUE yo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Mer 3 Déc - 23:48

merci (:

serait-ce possible de poster une histoire complète ?
mon personnage n'est rien sans histoire complète :O
ça permet de comprendre toute sa complexité (x
Revenir en haut Aller en bas
Harper Carmichael

avatar

Nombre de Posts : : 841
How old r u ? : : 29
Statut : : {...}
Humeur : :
10 / 10010 / 100

I feel so : : lonely ? unloved maybe..
Date d'inscription : 30/11/2008

a people riot
do you have friends ?:
what are you ?: acteur film
Notoriété:
93/100  (93/100)
MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Mer 3 Déc - 23:50


    non on a pas les réponses rapides ici. :-)
    et bien tu peux poster l'histoire si tu veux;
    genre après le truc sur frère & soeur.
    chace c. est pris sinon je tiens à préciser pour gretel qui l'a proposé x)

    edit: j'ai oublié; B I E N V E N U E _

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Jeu 4 Déc - 0:01

    sinon en hors-jeu...

    prénom, pseudo, âge:
    natacha; luxurious; 16 ans
    où avez vous découvert le forum ?
    SN (:
    une remarque ou suggestion à faire pour celui ci ?
    très beau &original
    à quel fréquence pourrez-vous être présent ?
    tous les jours =)
    avatar choisi :
    suggestions ? jpensais au beau Ed ( LL )
    un exemple de post (peut être prit d'un autre forum):
    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Jeu 4 Déc - 0:06

désolé du DP; je pense avoir fini (a)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Jeu 4 Déc - 0:09

    Haydeeeen <3

    Très bon choix heart jume
Revenir en haut Aller en bas
Harper Carmichael

avatar

Nombre de Posts : : 841
How old r u ? : : 29
Statut : : {...}
Humeur : :
10 / 10010 / 100

I feel so : : lonely ? unloved maybe..
Date d'inscription : 30/11/2008

a people riot
do you have friends ?:
what are you ?: acteur film
Notoriété:
93/100  (93/100)
MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Jeu 4 Déc - 0:16

je te valide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   Jeu 4 Déc - 3:04

Bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.   

Revenir en haut Aller en bas
 
« ok » YSAIAH EROS FITZGERALD __ baby; i'll drive you crazy.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baby Carrier Storchenwiege
» Eros RAMAZZOTTI
» Diversification Menée par l'Enfant (Baby-led Weaning)
» Rock your baby !!
» combien pr 1 baby sitter ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« People Riot »    !     :: ADMINISTRATION :: Archives du forum :: Fiches Validées-
Sauter vers: